LA SATT Aquitaine accompagne 3 nouveaux projets de start-up deeptech

Décembre 2021 - La SATT Aquitaine Science Transfert officialise l’entrée en incubation de 3 nouveaux projets de start-up au sein de son incubateur : chrysa-link. Ces projets deeptech rejoignent les 10 déjà incubés depuis le début de l’année, portant à 20 le nombre de projets actuellement accompagnés.
Ces 3 projets entrepreneuriaux bénéficient de l’accompagnement, du coaching et des formations proposées par les équipes de la SATT Aquitaine, et se voient attribuer chacun un budget d’incubation de 20 000 euros, permettant d’assurer les premières dépenses utiles à la création de leur entreprise innovante.

4de1044c-136d-263a-aa0b-3c45329a4d7c
©freepik.com

3 projets issus d'un laboratoire de recherche public néo-aquitain

CHIRAL TRACK : UNE MESURE RAPIDE ET PRÉCISE DE LA PURETÉ CHIRALE

Dans les années 1950, le scandale sanitaire de la Thalidomide a révélé au grand public l’importance d’une propriété de symétrie des molécules : la chiralité. Les molécules chirales existent avec deux configurations spatiales (images miroir) pouvant avoir des effets très différents : l’une étant par exemple efficace dans le traitement de certaines tumeurs ou syndrome inflammatoire, l'autre étant toxique pour l’organisme. Lors de la production d’un composé chimique (médicament, produit sanitaire, etc.), il est donc primordial de s’assurer de la proportion relative de ces deux configurations, c’est-à-dire de sa pureté chirale.
Pour la mesurer la pureté chirale, les chimistes utilisent principalement deux types de techniques : des techniques optiques, simples à mettre en œuvre mais peu précises, et des techniques chromatographiques, plus précises mais beaucoup plus complexes à réaliser. Le projet de start-up deeptech CHIRAL TRACK propose un outil de mesure alliant la rapidité des techniques optiques et la précision de la chromatographie grâce à une technologie qui permet de mesurer la composition chirale d’un produit en observant les photoélectrons émis par les molécules ionisées grâce à un laser.
Porté par Antoine COMBY et Yann MAIRESSE, CHIRAL TRACK s’appuie sur des travaux de thèses réalisés en 2019 au Centre Lasers Intenses et Applications (CELIA – université de Bordeaux, CNRS, CEA) et sur un prototype réalisé grâce à une pré-maturation financé par le CNRS (100 000€) ainsi qu’un ERC Proof of Concept (150 000€). La future entreprise développera des instruments industriels de mesure pour les producteurs de composés chimiques ou pharmaceutiques souhaitant contrôler et optimiser leur chaîne de production.

LUCHROME : VERIFIER L’AUTHENTICITÉ D’UN PRODUIT AVEC UN SMARTPHONE

Le projet de startup LUCHROME est issu de l’Institut de Chimie de la Matière Condensée de Bordeaux (ICMCB – CNRS, université de Bordeaux, Bordeaux-INP). Porté par Romain FUTSCH et Cyril PERIE, il vise à rendre accessible la lutte anti-contrefaçon au plus grand nombre, en développant un dispositif à haut niveau de sécurité, facilement intégrable et vérifiable par tous, sans avoir recours à un équipement spécifique.
La lutte anti-contrefaçon est un enjeu économique important pour les états et les industries. Aujourd’hui, les solutions utilisées dans le packaging pour les industries pharmaceutiques, vins, spiritueux et cosmétiques sont des éléments avec des caractéristiques visibles assez simples à reproduire et à falsifier (code barre, QR code, ruban adhésif, etc.), des éléments avec des caractéristiques invisibles (ajout de couches UV, papier filigrané, etc.) ou nécessitant des outils de vérification dédiés (tags physiques, chimiques ou biologiques) ; ces derniers présentent un fort niveau de sécurité mais sont très coûteux.
Grâce à la combinaison de deux technologies imprimables, le NFC et l’afficheur électrochrome, LUCHROME propose de vérifier l’authenticité d’un produit en quelques secondes grâce à une étiquette qui change de couleur lorsqu’elle est scannée avec un smartphone. Cette technologie allie une protection forte et difficilement falsifiable, avec la possibilité de récupérer des données par tout utilisateur grâce au téléphone.
Le produit développé sera dans un premier temps exclusivement destiné aux fabricants d’emballages, aux fabricants des produits nécessitant un fort niveau de sécurité tel que les cartes d’identité et passeports, les médicaments, etc.

ZEBRACOOL BIOTECH : ÉVALUER A HAUT-DEBIT LA TOXICITÉ DE MOLÉCULES ET OPTIMISER LA DÉCOUVERTE DE NOUVELLES MOLÉCULES THÉRAPEUTIQUES AVEC LES POISSONS ZEBRES

Dans le développement de nouvelles molécules, pouvoir détecter de manière précoce leur toxicité est un enjeu de taille que ce soit dans l’industrie chimique ou pharmaceutique. Cependant, les modèles rongeurs sont inappropriés pour les criblages à haut débit, et les réglementations européennes se durcissent pour limiter de plus en plus l’utilisation massive des modèles animaux pour analyser la toxicité des molécules. Beaucoup de tests sont ainsi menés in vitro, insuffisant pour couvrir tous les aspects physiopathologiques à évaluer.
Le Projet ZEBRACOOL BIOTECH propose de réaliser différents tests utilisant le modèle poisson zèbre, qui n’est pas considéré comme animal de laboratoire avant 5 jours. Celui-ci présente un certain nombre de caractéristiques et de facteurs permettant des expérimentations multiples et variées : modèle biologique pertinent, fécondité élevée, un cycle de vie rapide, peu coûteux, transparent au stade larvaire, etc.
Porté par Leslie DUBRANA, chercheuse au Laboratoire Chimie des Polymères Organiques (LCPO – université de Bordeaux, CNRS, Bordeaux INP), ZEBRACOOL BIOTECH s’appuie sur ses travaux de thèse réalisée en 2020 au Laboratoire Maladies Rares : Génétique et Métabolisme (MRGM – université de Bordeaux, Inserm, CHU de Bordeaux). La start-up proposera aux entreprises de l’industrie chimique (peintures, cosmétologiques, …) et pharmaceutiques, ses services et son expertise autour du modèle poisson zèbre pour l’évaluation toxicologique de molécules, (en mettant en œuvre notamment des tests locomoteurs innovants), ainsi que l’optimisation de molécules thérapeutiques via la détermination de la biodistribution, par exemple.

>> Un projet de start-up ? contactez-nous ! <<

Le bon bilan 2021 de chrysa-link, l’incubateur deeptech de la SATT Aquitaine

13 NOUVEAUX PROJETS DE START-UP DEEPTETCH

En 2021, La SATT Aquitaine Science Transfert, via son incubateur deeptech chrysa-link, a accompagné 13 nouveaux projets de start-up dont 10 issus d’un laboratoire de recherche public aquitain.
Au total ce sont les équipes de 24 projets qui ont pu profiter entre autres, du coaching, des 46 sessions de formations (finances, RH, marché, PI, etc.) ou des 10 séances de partages d’expériences, proposés par l’incubateur. Ces projets incubés bénéficient également de la capacité de la SATT Aquitaine d’investir dans leur maturation technico-économique.

4 CREATIONS DE START-UP DEEPTECH

Cette année, la SATT Aquitaine a contribué à la création de 7 start-up deeptech sur le territoire aquitain. Il s’agit de DEEPMOOVE, OPTIKAN, WOVEN, LEPTY, REBRAIN, DIONYMER et SIT UP. Si les jeunes entrepreneurs continuent d’être suivies par les équipes de chrysa-link, ils sont également accompagnés par l’ensemble des acteurs régionaux soutenant la création d’entreprises innovantes (Région Nouvelle-aquitaine, technopoles, ADI-NA, French Tech Bordeaux, etc.) dans la suite de leur aventure entrepreneuriale.

66 M€ DE FONDS LEVES

Les entreprises innovantes accompagnées par la SATT aquitaine ont levé plus de 66 M€ en 2021. TREEFROG THERAPEUTICS, CERTIS THERAPEUTICS, REBRAIN (lauréat iLab 2021), PURENAT et DEEPMOVE montrent ainsi le fort dynamisme et l’excellence des start-up issues de la recherche académique régionale.
Depuis la création de la SATT Aquitaine en 2012, plus de 113 M€ ont été levée par l’ensemble des start-up ayant profité de son expertise.

3 LAUREATS AU CONCOURS I-PHD

Chrysa-link a également accompagné 5 projets de start-up portés par des jeunes-docteurs ou doctorants aquitains, dans leurs candidatures au concours national d’innovation i-PhD.
3 projets ont été récompensés, il s’agit de :

• OPTIKAN, porté par Matthieu MAURES, Quentin CASSAR et Jean-Baptiste PERRAUD, issu du laboratoire IMS (université de Bordeaux, CNRS, Bordeaux INP).
• RETINET, porté par Soufiane AJANA, issu du laboratoire BPH (université de Bordeaux, Inserm),
• ACTIF-BIO, porté par Starlin ENGOZOGHO ANRIS, issu de l’IPREM (UPPA, CNRS).

Découvrez les lauréats du concours i-PhD 2021


Concours i-PhD 2022 Présentez votre projet à la SATT Aquitaine