En 2022, la SATT Aquitaine reste le premier investisseur pour les innovations issues de la recherche publique aquitaine


1/ Les établissements de recherche publique et la SATT restent les premiers maillons de l’innovation deeptech aquitaine.

2/ La SATT Aquitaine a investi dans 9 projets innovants aux thématiques variées.

3/ L’investissement total s’élève à 2 790 600 € dont 14% sont consacrés à la protection intellectuelle des futures innovations.

4/ La SATT Aquitaine a signé 15 accords d’exploitation commerciale avec des entreprises.

5/ 27 projets de start-up ont été incubés par Chrysa-link, l’incubateur de la SATT Aquitaine


Permettre aux inventions des chercheurs d’aboutir à des produits innovants mis sur le marché

Maturation_Projets

En 2022, La SATT Aquitaine a investi 2 790 600 € dans la maturation de 9 nouveaux projets innovants issus de la recherche publique régionale. Parmi ces 9 projets bénéficiant des investissements de la SATT Aquitaine, 8 sont issus de ses établissements actionnaires (pour 2,559 M€) et 1 de La Rochelle Université (pour 231 K€). Près de 14,7% de cet investissement (410 k€) est engagé dans la propriété intellectuelle de ses inventions (brevet, logiciel, etc.).

L’objectif de la SATT Aquitaine est de maturer ces inventions, du stade de résultat de recherche vers la pré-industrialisation (la preuve de concept), et de les accompagner jusqu’à leur mise sur le marché.

Trois voies de transfert pour mettre un produit innovant sur le marché

Trois voies de transfert sont possibles pour ces projets : la création d'une start-up (comme Treefrog Therapeutics), l’exploitation d’une licence par une entreprise qui commercialisera le produit, le procédé ou le service ; ou encore, la collaboration avec une entreprise pour codévelopper l’innovation.

Actuellement sur les 9 projets :

  • 3 bénéficient d’une co-maturation avec une entreprise,
  • 2 ont vocation à être licenciés à une entreprise,
  • 4 sont accompagnés par l’incubateur chrysa-link pour devenir des start-up deeptech.

>> Téléchargez le guide pratique du chercheur sur le chemin de la valorisation <<

Un investissement multi-sectoriel

En ce qui concerne les thématiques de chaque projet,

  • 5 concernent le domaine de la santé et des biotechs, c’est l’exemple de :
      • PORPHYRIES (Laboratoire BMGIC biothérapies des maladies génétiques, inflammatoires et du cancer – Inserm, université de Bordeaux et CHU de Bordeaux), qui vise à identifier une molécule pharmacologique inhibitrice qui permettrait de proposer un médicament universel pour toutes les formes de porphyries érythropoïétiques.
      • ANTI-COVID (Laboratoire MFP microbiologie fondamentale et pathogénicité – université de Bordeaux, CNRS) mené en collaboration avec l’ICOA institut de chimie organique et analytique (Université d’Orléans) qui porte sur le développement d’un traitement ciblant la réplication virale du COVID-19, l‘équipe ayant déjà identifié de nouvelles molécules qui ont un effet bloquant sur l’entrée du virus SARS-CoV-2 dans les cellules.
  • 2 concernent les domaines de la chimie, de l’énergie et des filières vertes, c’est le cas de GIMYC (Laboratoire LaTEP laboratoire de thermique, énergétique et procédés– UPPA), qui porte sur le développement d’une serre de production végétale possédant une fonction de production énergétique (chaleur et électricité) et ne pénalisant pas la croissance des végétaux.
  • 2 concernent la filière numérique et l’industrie 4.0, comme CAPE (Laboratoire LaBRI laboratoire bordelais de recherche en informatique– université de Bordeaux, CNRS, Bordeaux INP) qui vise au développement d’une solution de cybersécurité qui protège les entreprises ayant des services en ligne sensibles (médicaux, commerciaux, etc.) ainsi que leurs clients en les connectant et les authentifiant au sein d’un réseau virtuel sécurisé de taille extensible. Ce projet est également incubé par Chrysa-link depuis juin 2021.

Depuis 2012, la SATT Aquitaine Science Transfert a investi 37 millions d’euros dans 218 projets. Elle gère aujourd’hui pour ses établissements actionnaires un portefeuille de près de 330 titres de de propriété intellectuelle.

>> Une innovation ?  Un projet de start-up ? Contactez la SATT Aquitaine <<

Des investissements qui aboutissent à 15 accords d’exploitation avec des entreprises

AdobeStock_404416385

En 2022, la SATT Aquitaine a signé 15 accords d’exploitation commerciale avec des entreprises, concernant des inventions issues des laboratoires publics aquitains. Par exemple :

  • Une technique de fabrication de circuits imprimés multicouches creux, conçue au laboratoire d’Intégration du Matériau au Système (IMS – université de Bordeaux, CNRS, Bordeaux-INP), a été licenciée à l’entreprise Cobham, spécialisée dans l’aéronautique, et également présente dans les secteurs de l'électronique, les radars et le matériel de survie. plus...
  • ASSEMBLYNET, un logiciel développé au Laboratoire Bordelais de Recherche en Informatique (LaBRI – université de Bordeaux, CNRS, Bordeaux INP), permettant la segmentation complète et automatique des structures cérébrales par imagerie IRM, a été licencié à la startup GEODAISICS, spécialisée dans les logiciels d’aide à la décision clinique par Intelligence Artificielle. > plus...
  • Un dispositif facilitant le prélèvement d’échantillons de gaz sous haute-pression, développé par deux laboratoires de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, le Laboratoire des Fluides Complexes et leurs Réservoirs (LFCR) et l’Institut des Sciences Analytiques et de Physico-Chimie pour l'Environnement et les Matériaux (IPREM), a été licenciée à WESSLING, acteur majeur des analyses règlementaires. plus...

Ces signatures de licence sont autant de marqueurs de la qualité des inventions développées au sein des laboratoires aquitains. Elles témoignent surtout de la capacité de la SATT Aquitaine à accélérer la transformation de ces inventions issues de la recherche académique en innovations créatrices de valeur, favorisant la compétitivité des entreprises françaises, participant à la création d'entreprises innovantes et générant des créations d’emplois et de richesse en région.

8 nouveaux projets et 5 créations de start-up pour l’incubateur Chrysa-link

Start_up

En 2022, l’incubateur de la SATT Aquitaine, Chrysa-link a accompagné 8 nouveaux projets de start-up dont 6 issus d’un laboratoire de recherche public aquitain. Au total, sur l’année, ce sont les équipes de 27 projets qui ont pu profiter entre autres du coaching et des boosters proposés par la SATT c’est à dire des sessions de formations aux finances, à la RH, au marché, à la Propriété Intellectuelle, etc., ou encore des séances de partages d’expériences, proposés par l’incubateur. C’est le cas de :

  • NOVA CARBON, qui vise à proposer une solution pour fabriquer des matériaux semi-finis et finis, de hautes performances, en fibres de carbone recyclées, issues de produits en fin de vie ou de chutes de production à partir d’une technologie issue de l’Institut de Mécanique et d’Ingénierie de Bordeaux (I2M – université de Bordeaux, CNRS, Bordeaux INP)
  • ANKIAL THERAPEUTIC, un projet issu du Laboratoire Maladies Rares : Génétique et Métabolisme (MRGM - Inserm, Université de Bordeaux, CHU de Bordeaux) dont l’objectif est de produire un médicament orphelin, activateur des mitochondries, pour prévenir, ralentir ou traiter la cardiomyopathie hypertrophique (HCM) chez l'enfant.

Ces projets incubés bénéficient également de la capacité de la SATT Aquitaine à investir dans leur maturation technico-économique, tels que les projets de start-up CAPE, LUCHROME et BLUESTRIPES BIOTECH, accompagnés en 2022. Plus sur nos projets de start-up...

7 créations de start-up deeptech sur le territoire aquitain

Cette année, la SATT Aquitaine a contribué à la création de 5 start-up deeptech sur le territoire aquitain. Il s’agit de UGIEL, MYOTACT, P’TIT BOUT DE LUMIÈRE, LADYBIRD et PER ANKH. Si les jeunes entrepreneurs sont initialement mis sur les rails de l’entrepreneuriats par l’incubateur de la SATT Aquitaine le relais est ensuite assuré par l’ensemble des acteurs régionaux soutenant la création d’entreprises innovantes (les technopoles telles que Unitec et Technowest, l’Agence de Développement et d’Innovation de la Région Nouvelle Aquitaine, French Tech Bordeaux, etc.).

3 projets ont été récompensés concours national d’innovation i-PhD

L’incubateur de la SATT, Chrysa-link, a également accompagné 9 projets de start-up portés par des jeunes-docteurs ou doctorants aquitains, dans leurs candidatures au concours national d’innovation i-PhD.

3 projets ont été récompensés, il s’agit de :

  • CAMATISS, issu du laboratoire de Bio-ingénierie des Tissus (BioTis - université de Bordeaux, Inserm) dont l’objectif est le développement d’un nouveau produit d'ingénierie tissulaire pour traiter une pathologie qui touche de nombreuses femmes.
  • DIONYMER, issu de l'Institut des Sciences Moléculaires (ISM - université de Bordeaux, CNRS, Bordeaux INP), qui vise à valoriser les déchets organiques en matériaux polymères biodégradables à hautes performances.
  • LUCHROME, issu de l'Institut de Chimie de la Matière Condensée de Bordeaux (ICMCB - université de Bordeaux, CNRS, Bordeaux INP), qui propose de rendre accessible l'authentification des objets, en développant une étiquette connectée qui change de couleur une fois activée grâce à un smartphone.
    Plus sur les lauréats...

>> Une innovation ?  Un projet de start-up ? Contactez la SATT Aquitaine <<